Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2006 5 10 /02 /février /2006 12:34

 




Plusieurs hypothèses ont circulé dans les médias et en particulier sur la toile concernant les émeutes des banlieues hexagonales. J'en ai répertorié le plus possibles et je les ai classées.






A) Les explications qui me paraissent relever de la rumeur : c'est la thèse du "complot".

1 - les Etats-Unis à travers les services algériens afin de mettre la France en difficulté sur le plan international.
Jean-Gilles Malliarakis, longtemps proche d’Alain Madelin, verrait les USA derrière les récentes émeutes :
"De toutes ces accumulations de déclarations, y compris la première page anti-Sarkozy du quotidien officiel algérien El Watan, je conclus que nous sommes en face non pas d’une « révolte des banlieues », mais d’une opération algérienne contre la France, soutenue par certaines forces de l’islam militant. Le commerce de la drogue matérielle se trouve allié à la drogue idéologique. L’Algérie étant une base arrière avancée des É-U au Maghreb, j’en déduis que ceux qui boutent le feu aux banlieues (aux esprits) ne sont pas des saints innocents, y a du “dirty tricks” là-dessous !"
J'avoue que j'ai du mal à y croire.
Une thèse assez proche a été développé sur internet pour expliquer la crise des caricatures de Mahomet, avec les EU qui monterait l'UE contre le monde musulman pour justifier la guerre en Irak et stopper les subventions européennes à la Palestine avec l'arrivée du Hamas. Ces thèses sont séduisantes (particulièrement pour le côté anti-américain des Français et du monde musulamn) mais elles sont propagées par des personnes qu'on a pas de raisons de croire dans le secret des Dieux et de toute façon invérifiables.

2 - Nicolas Sarkozy et ses lieutenants afin d'être plus populaires.
Certains ont vraiment l'esprit tordu! Que Nicolas Sarkozy comme n'impporte quel autre politicien français essaye de tirer profit de ses événements est une chose, qu'il en ait été à l'origine en est ue autre.

B) Les explications qui correspondent à des réalités mais qui ne se suffisent pas à elles-mêmes :

1 - l'environnement urbain dans lequel grandissent les émeutiers font qu'ils ne peuvent grandir de manière équilibrée.
Citons cet extrait du magazine Valeurs Actuelles du 25 novembre 2005 :
"« Enfant des cités », comme elle se définit elle-même, députée UMP de Meurthe-et-Moselle et très proche de Sarkozy, Nadine Morano, 42 ans, le reconnaît : « La droite doit faire son mea-culpa. Longtemps, alors que nous savions, nous nous sommes tus. Par crainte d’être taxés de “racistes”, on n’a pas assumé nos choix et nos idées. »
Ayant vécu jusqu’à 22 ans dans la cité des Hauts-du-Lièvre à Nancy, lourdement touchée par les émeutes, elle a vu la situation se dégrader : « Il est faux de dire que ces grands ensembles sont inhumains. Pour des familles d’ouvriers, comme la mienne, c’était le haut de gamme : de l’espace, une salle de bains, une cuisine avec séchoir, un balcon. Il y avait une église, des petits commerçants, deux crèches, deux centres commerciaux, un centre social, des jeux pour les enfants, des espaces verts et même, à proximité, une piscine et des cours de piano ! Et puis sont arrivées les grandes vagues migratoires, responsables de la ghettoïsation que nous connaissons aujourd’hui : détérioration des parties communes, poubelles jetées par les fenêtres, insécurité, mais aussi – il faut oser le dire – un fort racisme antifrançais. Alors prétendre, comme le fait la gauche, que les problèmes viennent des infrastructures, c’est du pipeau ! »"

2 - la polygamie de 12000 à 30000 familles africaines...
...qui expliquerait en partie les émeutes. De nombreux élus UMP ont avancé la raison suivante : des familles de 3 ou 4 mères et minimum 30 enfants qui vivent dans des T3 ou T4b laissent leurs enfants la plupart du temps livrés aux mauvaises influences de la rue. Ces enfants issus de situation familiale chaotique, sous-éduqués et baignant dans la misère sociale et intellectuelle, deviennent des délinquants et des émeutiers. Les associations médiatiques et les parties de gauche ont accusé l'UMP d'attiser les haines et la ségrégation.
La polygamie est interdite par la loi depuis 1993, mais tolérée depuis lors.
1) la misère sociale, la pauvreté qui poussent à la révolte, les émeutes étant des jacqueries.
C'est le discours de l'extrême-gauche et d'une partie de la gauche, qui voit en ces émeutiers, appelés "les jeunes" comme si c'était la jeunesse en général qui caillassait les pompiers, brûlaient les édifices publics et religieux, assassinait les pères de familles, menait une guérilla urbaine avec la police, qui voit, donc en ces émeutiers des victimes d'un système républicain pas assez généreux. Ils préconisent donc une politique sociale allant vers encore plus de subventions aux associations de gauche, et encore plus de dépenses dans la politique sociale. Les personnes qui tiennent ce discours sont généralement des intellectuels ayant de confortables revenus. "La sympathie pour les vandales est beaucoup plus répandue chez les bobos écolos qui font du vélo à Paris que parmi les automobilistes pauvres du 9-3" dixit Alain Finkielkraut, qui a bien raison.

3 - l'islamisme afin de faire des jeunes musulmans des jihadistes.
Les islamistes ont-ils été les instigateurs des émeutes, comme pour effectuer une répétition grandeur nature du futur soulèvement djihadiste européen? C'est le discours de l'extrême-droite et d'une partie de la droite. La DST jure que ça n'a rien à voir. On ne peut qu'être troublé par ce document diffusé par Karl Zéro sur Canal + et où des émeutiers crient : "Allah Akbar" et "Sarkozy sale juif!" (et non pas "Sarkozy fasciste" comme l'a traduit Canal + qui décidément est une caricature du politiquement correct...) http://media.putfile.com/French-riots
Il est clair que beaucoup des émeutiers sont musulmans, sinon pratiquant du moins de culture. Mais de là à dire qu'ils sont islamistes... difficile de répondre. Cette vidéo est-elle une exception, les émeutiers ne sont-ils que des voyous de droit commun?
Les avis sont très partagés, certains affirment que ça n'a rien à voir, d'autre que ça a tout à voir. Dans l'état actuel de mes informations, je ne peux pas répondre à cette question.


C) Les explications qui apportent de vrais clefs pour comprendre :


1 - le manque de considération, le mal-être des "jeunes" des banlieues, l'ostracisme et la ségrégation dont ils sont victimes et qui les poussent à bout.
La xénophobie contre les communautés dont sont issus les émeutiers (émeutiers issus des communautés maghrébines et surtout d'Afrique noire) existe en France et s'illustre par des comportements de discriminations à l'embauche, au logement, etc, et surtout d'une froideur dans la vie courante (plus que de franche hostilité). L'indifférence qui existe entre personnes d'origine ethnique différente est flagrante en France mais existe partout ailleurs en Europe. Je parle plus de xénophobie que de racisme car les personnes incriminées sont plus vues comme des étrangers que comme des races inférieures.
Cet état de fait est partiellement compensé par une solidarité communautaire ; ainsi de nombreuses associations de solidarité communautaire existent, créées et animées par des membres des différentes communautés noires et maghrébines, comme cela peut d'ailleurs exister en France ou ailleurs dans les communautés bretonne, juive, arménienne, turque, irlandaise, portugaise, chinoise, vietnamienne, écossaise, basque, etc. De plus, un nombre non négligeable de personnes issues de ces communautés maghrébines et noires réussissent socialement, et pas seulement dans le sport ou la musique mais dans les sciences, le monde de l'entreprise, les professions indépendantes. Seule la politique semble verouillée pour eux, mais c'est aussi le cas des femmes, des handicapés et des professions indépendantes (artisans, commerçants, entrepreneurs, professions libérales). Bref, pour faire de la politique en France il faut être blanc, de sexe masculin, âgé et fonctionnaire, mais nous nous éloignons du sujet...
Concernant les émeutiers eux-mêmes, ils appartiennent justement à cette partie des personnes d'origine africaine qui partent mal dans la vie, cumulant les handicaps de l'illetrisme, du consumérisme et du matérialisme bêta, de la violence gratuite, du machisme brutal, de la délinquance généralisée et des combines d'une économie parrallèle qui représente 15% du PIB hexagonal. Ce portrait-robot de l'émeutier-type n'incite évidemment pas à la compassion ou la compréhension, mais plutôt à encore plus de rejet de la part d'une opinion publique choquée par leurs violences, bien que les médias aient hésité à les lui rapporter entièrement.

2 - le modèle de désintégration à la française qui déracine les individus en les forçant à avaler une identité de substitution unique et désincarnée.
Cette explication a été présentée par des partis Régionalistes et Nationalistes de l'hexagone (Bretagne, Flandres, Catalogne, Pays Basque, Corse, Alsace...). Ils critiquent une France centralisée et étatique qui tente de forcer les immigrés à devenir français en oubliant d'où ils viennent. Ces déracinés n'ont le droit que d'être français comme les Corses, Bretons, Basques, Flamands, Alsaciens n'ont le droit que d'être français. Chacun a sa manière d'exprimer sa crise d'identité en fonction de sa condition sociale et de ses référents culturels : les Bretons par exemple détiennent de tristes records : suicides et consommation de drogues. Les Bretons ont émigrés en Ile-de-France en masse au XIXè et XXè siècle, en particulier en Seine-Saint-Denis, et ont pris tous les métiers que les Parisiens ne voulaient pas, en particulier terrassiers, ouvriers, et surtout domestiques et prostitués. On disait "mon Breton" pour mon domestique dans l'entre-deux-guerres, comme on dit aujourd'hui 'l'Arabe du coin" pour son épicier de quartier.
Les Régionalistes et Nationalistes comprennent le mal-être de Maghrébins et de Noirs-Africains qui comme eux possèdent une culture suspecte aux yeux des tenants d'une république une et indivisible, où tout le monde, monolingue francophone, ne doit aimer que la musique française, la littérature française, les arts français, la télé française, la radio française, les journaux français, la langue française, l'Histoire de la France, la mentalité française voire franchouillarde. Bref vivre dans un monde d'essence totalitaire.

Les médias et partis étrangers ont également invoqué cette raison, critiquant un modèle français d'intégration qui nie les identités multiples et la diversité culturelle. Ainsi Trevor Philips, spécialiste des questions d'intégration et de discrimination raciale, noir marié à une française et grand connaisseur de la situation hexagonal, critiquant aujourd'hui tant le modèle français que britannique (communautariste), et enfin président de la commission britannique pour l'égalité raciale, a récemment déclaré : "Il existe en Europe, et particulièrement en France, un silence sur la question raciale. Le modèle français, qui est un modèle à sens unique, qui demande aux gens d'oublier leur identité, ne peut pas survivre à la mondialisation." Cette opinion est largement partagée dans le monde et particulièrement en Europe qui refuse le modèle français de société. D'ailleurs aucun pays européen n'est plus centralisé, en-dehors de la France.

 

 

LES CHIFFRES DE LA VERITE : 25 000 émeutes, 10 300 véhicules incendiés dont 4 200 en Ile-de-France, 7 dépôts de bus et 22 bus et rams de train 3 200 personnes interpellées en flagrant délit, 5 200 personnes interpellées suite à investigation, 139 policiers blessés, 2 personnes décédées (2 Bretons), tout cela en 15 jours. Au plus fort des émeutes, du 27 octobre au 20 novembre, plus de 200 bâtiments publics et 74 bâtiments privés ont été détruits.
Nota : allez sur Google france image, tapez émeutes, émeutes de novembre, émeutiers, crise des banlieues, etc, vous ne trouverez pas 10 photos montrant ce qui s'est passé en novembre en France.  Vous trouverez quasiment uniquement des photos sur des émeutes à Genève, au Maroc, en Irlande du Nord ou au Soudan. De plus, les quelques photos trouvées sont plutôt "anodines", ne montrant qu'une seule voiture en train de brûler, ou un seul émeutier, alors qu'ils sont toujours pr bande. Quid des 20 bus incendiés en une fois? Quid des bâtiments (entreprises, bâtiments publics) incendiés? Quid des bandes se livrant à la guérilla des rues comme on peut voir sur la vidéo de Canal + hébergé sur un site à l'étranger? Manifestement internet a été expurgé?

 

 

 La Bretagne n'a pas été épargné par les émeutes : Nantes, Rennes, Saint-Nazaire, Brest, Saint-Brieuc, Morlaix, Lorient, Vannes, Saint-Malo... ont connu voitures brûlées, caillassages voire cocktails molotov envers des bâtiments publics et privés (écoles, ANPE).

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mathieu - dans Société
commenter cet article

commentaires

Robert 13/03/2006 14:13


Ton analyse des évènements de nos balieues est très fine et bien menée Mathieu, je partage nombre de tes opinions.

Pourtant, je souhaite apporter une vue un peu divergente de la question du modèle français d'intégration. S'accorder pour dire que nos institutions et leurs titulaires font preuve d'un manque de souplesse en refusant par exemple d'engager la ratification de la charte européenne des langues minoritaires et régionales sur la base après une décision contestable du Conseil constitutionnel, n'est pas difficile. 

Mais est-il aussi facile d'affirmer que notre modèle d'intégration est périmé? Les polonais, les italiens ou les républicains espagnols émigrés dans notre pays ont parfois vécu des discriminations, finalement ont trouvé largement leur place dans notre société. La constatation, banale, de l'atomisation de nos sociétés, l'individuation des parcours, ou la crise économique ont peut-être à mon sens un rôle plus évident que le silence qui continue d'exister en France sur les questions identitaires et culturelles. Sinon, toutes les minorités nationales aujourd'hui seraient inflammables, même celles économiquement intégrées, non?

Ensuite il est un peu facile, en citant Finkelkraut, de recuser les arguments de quelqu'un en raison de son obédience politique. sinon, de même pourrai-je ajouter qu'il ne m'était d'aucune utilité de te lire puisque il est évident que tu es breizhou et que naturellement tu es incliné à envisager les problèmes selon une perspective identitariste et culturelle.

salut et fraternité

Rob Jor

Nadoz-mor 13/03/2006 14:25

Merci pour ton message Robert. Sur Finkelkraut, je ne comprend pas ce que tu veux dire quand tu écris : "il est un peu facile de recuser les arguments de quelqu'un en raison de son obédience politique." Il parle des bobos, de la gauche caviar qui joue les gauchistes et les écolos alors qu'il n'y a pas plus égoïstes et narcissiques qu'eux. Ils sont moralisateurs mais ne s'appliquent pas leurs bonnes paroles à eux-mêmes. Ils sont pour la révolution marxiste mais veulent pouvoir continuer à s'acheter les créations hors de prix du dernier designer à la mode. Ils sont américanophobes mais trouvent que les émeutiers sont excusables quelque soient leurs actes.Sinon je ne sais pas ce que tu veux dire en disant que je suis un beizhou. Et le mot identitariste est bien vilain! Peux-tu préciser leur sens?

Présentation

  • : NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • : Bienvenue sur Nadoz, un blog qui milite pour une Bretagne à nouveau libre et indépendante. Il donne infos et idées sur notre pays, ses habitants, la France aussi, et sur le monde en général, sous un angle qui se veut moderne et contemporain. Une vision absente des médias français aux ordres. Pourquoi NADOZ? A partir de ce joli mot (aiguille), la langue bretonne a construit 2 termes évocateurs : nadoz-vor (boussole) et nadoz-aer (libellule). Bonne lecture et vive la Bretagne indépendante!
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories