Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 17:06

Une affaire judiciaire me parait intéressante à évoquer, car elle est symptomatique de la crise identitaire que la France vit en ce moment.

Agé de 63 ans, Jean-Charles Marchiani a été toute sa vie un serviteur modèle de l'état français. Il entre aux services secrets français à 19 ans. Il travaille dans de grandes entreprises publiques françaises : chez Peugeot, Air France, Thompson... Il rencontre Charles Pasqua dans les milieux corses parisiens et devient son "homme de confiance" (dixit Ouest-France du 1er mars). Il sera aussi préfet du Var, ministre d'Etat (le plus haut poste, plus exactement ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, un poste hautement stratégique dans la machine étatique française). Il est aussi député européen jusqu'en 2004 sous les couleurs du Rassemblement Pour la France de Charles Pasqua et Philippe de Villiers. Notons également qu'il a été chargé de libérer des otages français au Liban en 1986 (avec succès) et les moines de Tibhirine en 1996 (en vain cette fois).

Depuis 2004, il est "préfet hors cadre", c'est-à-dire qu'il a la fonction de préfet sans avoir à travailler pour cela. Il perçoit à ce titre 8000€ par mois de la part de l'Etat comme il a dû le préciser aux magistrats. Car dans un procès, il faut avouer ses revenus de subsistance! Le dossier d'enquête précise également que JC Marchiani possède une douzaine de comptes bancaires à l'étranger, dont 6 en Suisse crédités à eux-seuls de 9,3 millions d'euros. Et moi une question me chatouille : a-t-il gagné cet argent en servant l'Etat français, qui saurait donc être généreux avec ses serviteurs! Servir l'Etat français tout sa vie, sans remords ni regrets comme dirait la chanson, rendrait-il millionnaire? Ou a-t-il gagné cet argent par des traffics mafieux? Ou un peu des deux? La Cour d'Appel semble opter clairement pour la deuxième réponse.

Jean-Charles Marchiani vient d'être doublement condamné par la cour d'appel de Paris à de la prison ferme.  Il est reconnu coupable d'avoir perçu des commissions occultes dans deux affaires d'attribution de marchés. Dans la 1ère affaire, il a été condamné à 3 ans de prison ferme, 150.000 euros d'amende et 5 ans de privation des droits civiques pour avoir touché une commission occulte de 2,6 millions d'euros de la société allemande Renk à l'occasion d'un contrat, en 1993, de fourniture de boîtes de vitesses pour les chars français Leclerc. Dans la 2ème affaire, 2 ans d'emprisonnement dont 1 ferme et 250.000 euros d'amende pour avoir, entre 1991 et 1994, perçu et partagé avec d'autres une commission de 1,4 million d'euros liée à un marché d'équipement conclu entre Aéroports de Paris (ADP) et la société néerlandaise Vanderlande.

Jean-Charles Marchiani a été laissé en liberté et a immédiatement indiqué aux médias qu'il allait se pourvoir en cassation. Notons qu'il a toujours contesté les faits qui lui sont reprochés.

Dans ce dossier, la cour a également confirmé la condamnation de l'homme d'affaires Yves Manuel, 80 ans, à 3 ans de prison avec sursis et 150.000 euros d'amende, pour avoir partagé la commission avec JC Marchiani.  Les condamnations des dirigeants allemands de Renk, le président Manfred Hirt et l'ancien vice-président Norbert Schulze, à 18 mois de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende pour avoir versé la commission ont aussi été confirmées.

La Cour d'Appel a disposé que "les allégations de Jean-Charles Marchiani selon lesquelles les sommes perçues sur son compte représenteraient des dons que lui aurait généreusement consentis, par pur +patriotisme+(sic), Yves Manuel, pour financer des missions secrètes effectuées à l'étranger pour le compte de l'Etat français ne sont confortées par aucun élément probant et sont même formellement contredites tant par son coprévenu que par les témoignages des ministres, directeurs de cabinet ou hauts fonctionnaires concernés". En clair, l'argument de JC Marchiani qui consiste à dire que quand on est au service de "l'Etat" on n'a pas à être condamné pour corruption nest pas passé. 

Dans cette seconde affaire, son frère Claude, 53 ans, et l'intermédiaire Generoso Rodriguez, 67 ans, ont été condamnés comme en première instance à 18 mois de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende, pour avoir perçu une partie des commissions.

 "Il est avéré et résulte notamment des explications de ses coprévenus que c'est en qualité d'ancien conseiller du ministre de l'Intérieur Charles Pasqua (...) et de l'influence réelle ou supposée qui pouvait en découler que Jean-Charles Marchiani (...) est parvenu à convaincre les dirigeants de la SA Vanderlande industries (...) de la nécessité de lui verser une commission sur le marché ADP", analyse la cour.

 Jean-Charles Marchiani reste mis en examen dans quatre autres dossiers à caractère financier : malversations présumées liées aux affaires de la Sofremi (une société de vente d'armenets liée au ministère de l'intérieur, dixit Ouest France 1er mars), ventes d'armes à l'Angola en 1993, contrat d'Elf au Nigéria, liens avec un homme d'affaires libanais. On y retrouve la goût de la France pour les ventes militaires (2è exportations françaises), la Françafrique, les traffics maffieux et autres barbouzeries politiques, militaires et financières... Mais j'insiste sur le fait que toute personne est présumée innocente jusqu'à ce qu'elle ait été reconnue coupable, donc JC Marchiani s'étant pourvu en cassation, il faudra voir ce que cela donnera dans les affaires évoquées plus haut comme pour celles-ci. Mais le fait est que la France est particulièrement touchées par ce genre d'affaire...

Sources : Ouest-France et Yahoo news.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nadoz-mor - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • : Bienvenue sur Nadoz, un blog qui milite pour une Bretagne à nouveau libre et indépendante. Il donne infos et idées sur notre pays, ses habitants, la France aussi, et sur le monde en général, sous un angle qui se veut moderne et contemporain. Une vision absente des médias français aux ordres. Pourquoi NADOZ? A partir de ce joli mot (aiguille), la langue bretonne a construit 2 termes évocateurs : nadoz-vor (boussole) et nadoz-aer (libellule). Bonne lecture et vive la Bretagne indépendante!
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories