Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 19:45

95903315_o.jpg

Le samedi 3 mai, c'était la finale de la Coupe de France de football, au Stade de France. Il se trouve que le Stade Rennais affrontait l'En-Avant de Guingamp, comme une revanche de la même finale en 2009 qui avait vu la victoire des Guingampais. Cette fois-ci encore, les Trégorrois ont dominé les Rennais de la tête et des épaules. Victoire 2-0 pour les Bas-Bretons.

en-2009-nos-videos-avec-les-fans-de-rennes-et-guingamp.jpg

Mais contrairement à 2009 où le Bro Gozh avait été chanté par Alan Stivell dans le stade bien avant le début de la rencontre, sans que ce soit vraiment intégré dans le protocole officiel, notre hymne national a cette fois été intégré officiellement, juste avant la Marseillaise et le début du match. La très officielle Garde républicaine l'a interprété, puis cette fois une autre étoile bretonne, Nolwenn Leroy, a interprété a capella le chant de Taldir Jaffrenou. Et contrairement à 2009, la plupart des 80 000 personnes dans le stade se sont levé, et certaines ont même chanté un hymne dont les paroles en breton ne sont pourtant pas encore connues de tous, loin s'en faut. Bref, des signes encourageants et qui font plaisir, peut-être les signes d'un réveil du patriotisme des Bretons pour leur avenir national...

10155411_10152388073027534_2888104492778173094_n.jpgIl faut ajouter la bonne surprise de l'intervention de l'écrivain Yann Quéffelec dans le journal de 20h de France 2, juste avant la rencontre. Il a parlé de nation, d'hymne national, de Nantes qui doit réintégrer une région Bretagne réunifiée, injustement séparée qu'elle a été par le maréchal Pétain et ses successeurs jacobins. Yann Quéffelec nous avait plus habitué à faire des apparitions médiatiques au sein des peoples parisiens, à l'instar d'un Olivier de Kersauzon. Son évolution actuelle ne peut que nous faire plaisir. Voici quelqu'un qui semble avoir pris la mesure de sa patrie.

Notons également la visibilité que la langue bretonne a acquise lors de cette finale. France Télévision a lancé son générique en breton non traduit en annonçant "Roazhon", "Gwengamp", puis "Ar gourfenn" c'est-à-dire "La finale". Un beau clin d'oeil. Le journal L'Equipe n'était pas en reste en refaisant le "coup" de 2009 mais cette fois avec non pas une mais deux Unes en breton, coup sur coup. Là encore des signes positifs qui montrent que nous progressons sur le chemin de la reconnaissance du peuple breton et de sa langue.

rennes-guingamp-supporters_full_diapos_large-le-figaro.jpgCertes, les habituels vipères ont craché leur habituel venin, avec point Godwin à la clé à chaque fois, à l'instar du Monde. Anal + a fait comme d'hab, en cachant sa boboïtude pathologique sous des tonnes d'ironie et de grotesque. Mais ces ennemies de la cause bretonne semblent moins crédibles et moins audibles dans leurs désinformation qu'avant. Autre exemple, certains, y compris des Bretons, ont critiqué le choix de Nolwen Leroy, déversant leurs commentaires envieux et jaloux sur les réseaux sociaux, en bons Français qu'ils sont finalement. Mais le fait est que personne ne l'a sifflé ou hué pendant son interprétation du Bro Gozh Ma Zadoù, ce qui est aussi un signe que ces rabats-joies ne sont finalement pas si nombreux que ça et que les Bretons savent respecter un hymne.

Un des seuls Français présents en tribune, François Hollande, avait justement une crainte similaire : celle que la Marseillaise soit sifflée. Mais les Bretons ne sont pas les Algériens ou les Corses, ils ne sifflent pas la Marseillaise et ne brûlent pas de drapeaux français. C'est comme ça, c'est une question d'attitude. Le président "normal" a dû poussé un ouf de soulagement du haut de sa tribune, bien au chaud. Car on notera que, courageux mais pas téméraire, ni lui ni le ministre des sport n'ont daigné descendre saluer les joueurs avant la rencontre, comme cela se fait habituellement. Le risque de se faire copieusement huer par ces bonnets rouges en furie, ce peuple de Chouans décidément indomptables, était trop grand. Tout le monde n'a pas le courage d'une Nolwen Leroy, petit bout de femme chantant a capella au milieu d'une arène gigantesque.

En tout cas, ces nombreux signes montrent que les Bretons sont en train de devenir, mine de rien, un enjeu politique à Paris et ça, c'est une bonne nouvelle.

nolwenn-leroy-chante-le-bro-gozh-ma-zadou_0.jpg

en-finale-le-stade-rennais-jouera-en-rouge.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    1557716_10152388073432534_4844353415303296468_n.jpg

 

coupe.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Crédit Photos Ouest-France, Le Figaro, L'Equipe.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nadoz-mor - dans Indépendantisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • : Bienvenue sur Nadoz, un blog qui milite pour une Bretagne à nouveau libre et indépendante. Il donne infos et idées sur notre pays, ses habitants, la France aussi, et sur le monde en général, sous un angle qui se veut moderne et contemporain. Une vision absente des médias français aux ordres. Pourquoi NADOZ? A partir de ce joli mot (aiguille), la langue bretonne a construit 2 termes évocateurs : nadoz-vor (boussole) et nadoz-aer (libellule). Bonne lecture et vive la Bretagne indépendante!
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories