Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 11:16

EU-Croatia.svg.pngEn 2006, nous avions écrit un article pour souhaiter la bienvenue à la Slovénie dans la zone euro. Fidèle à notre engagement en faveur de la construction européenne, nous avons aussi déjà comparé la Bretagne à l'Allemagne, à l'Irlande, à la Grande Bretagne, à la Lituanie...

Hier, la Croatie a rejoint officiellement l'Union Européenne sur fonds d'une certaine désillusion des Européens face à une Union qui parait s'être éloignée des citoyens et qui sert de boucs émissaires aux populismes des grands Etats-membres (France, Italie, Grande-Bretagne...). Si les Bretons avaient leur représentation politique à Bruxelles et à Strasbourg, ils auraient pu participer à une inflexion de la construction européenne vers plus d'intégration et plus de solidarité entre Etats-membres de l'Europe de l'Ouest qui constituent le noyau de l'UE. Au lieu de ça, on s'est étendu toujours plus vers l'est, laissant la politique européenne aux mains des gouvernements des Etats-membres et de leurs intérêts, surtout les plus étatistes et les moins fédéralistes. Dans ces conditions, la Construction Européenne peut-elle continuer à progresser? Une nouvelle donne ne doit-elle pas émerger dans l'intérêt de la Bretagne, avec une Union plus concentrée sur l'Europe de l'Ouest, l'Europe atlantique?

A noter que la Lituanie vient de prendre pour 6 mois la présidence tournante de l'Union Européenne. Un pays plus petit que la Bretagne... Pendant cer temps-là François Hollande amuse les ploucs à l'hôpital de Lorient en faisant des blagues sur la météo...

Voici un tableau comparatif de la Croatie, de la Lituanie et de la Bretagne enn 2013, à tout fin utile :

 

 

Croatie


 

Lituanie


 

Bretagne


 

Population

 

 

4 284 000 hbts

 

 

2 957 000 hbts

 

 

4 044 000 hbts

 

 

Densité

 

 

75 hbts/km2

 

 

45 hbts/km2

 

 

200,5 hbts/km2

 

 

Superficie

 

 

56 594 km2

 

 

65 300 km2

 

 

34 487 km2

 

 

Langue(s) officielle(s)

 

 

croates (minorités hongroises dans l'est)

 

 

lituanien (minorité russophone installée relativement récemment et non-officielle)

 

 

français (le breton et le patois roman de Bretagne sont juste tolérés et relégués par la constitution au domaine "patrimonial")

 

 

Plus grande ville

 

 

Zagreb (688 000 hbts)

 

 

Vilnius (554 000 hbts)

 

 

Nantes (545 000 hbts)

 

 

Indépendance

 

 

de la Yougoslavie le 25 juin 1991, reconnu internationalement en 1992.

 

 

de la Russie de 1920 à 1940, de l’Union Soviétique le 11 mars 1991, reconnu internationalement en 1992.

 

 

nation indépendante pendant 7 siècle, puis automonie de 1532 à 1790. Dépendant à ce jour de la France.

 

 

Monnaie

 

 

Kuna

 

 

Litas

 

 

Franc français depuis le XIXè siècle, €uro depuis 2002, avec les autres états-membres.

 

 

Fuseau horaire

 

 

UTC + 1

 

 

UTC +2

 

 

UTC + 1 (été + 2)

 

 

Hymne national

 

 

Lijepa naša domovino (« Notre belle patrie »), adopté en 1972

 

 

Tautiska Giesme adopté en ?1919

 

 

Bro Gozh ma Zadoù, écrit en 1898, non encore adopté officiellement

 

 

Devise

 

 

?

 

Vienybė težydi (que fleurisse l'unité)

"Plutôt la mort que la souillure ", « Kentoc'h mervel evet bezañ saotret »

 

 

Domaine internet

 

 

.hr

 

 

.lt

 

 

.bzh (vient d'être approuvé par l'ICANN, en cours de lancement)

 

 

 

La Bretagne est une puissance économique européenne qui vaut autant que la Croatie et la Lituanie ensemble. Mais chut il faut taire la vérité!

Un sondage au niveau européen commandé par le quotidien économique français Les Echos démontre en ce jour que l'image de la France est en train de décrocher dans les esprits des citoyens des différents Etats-membres, contrairement à l'Allemagne et au Royaume-Uni dont l'image résiste plus que bien. Les Européens sont notamment inquiets face à l'immobilisme et au refus de réformes des Français, réformes qui deviennent maintenant très urgentes...

La chute se rapproche pour la France, elle sera brutale et douloureuse... C'est comme un gros navire qui se rapproche des rochers par temps houleux, alors qu'il n'y a plus que des incapables et des aveugles à la manoeuvre. Les Bretons ont encore la possibilité de remettre à flot leur beau bateau. Un peu de réparation face au vandalisme et à l'exploitation des Français et le bateau pourra reprendre les flots, et prendre part à l'armada européenne sur les mers du monde. Mais les Bretons ont-ils conscience de l'importance de ce choix pour leurs intérets ou vont-ils encore se sacrifier pour les autres? Arrivent-ils encore à concevoir intellectuellement ce qu'est la liberté ou sont-ils définitivement lobotomisés par la Grand Frère français?

Repost 0
Published by Nadoz-mor - dans Europe
commenter cet article
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 15:49
    La commission Européenne a recommandé l'entrée de la Slovénie dans la zone euro pour le 1er janvier 2007, car parmi les critères nécessaires le taux moyen d'inflation sur 12 mois est de 2,3%, donc en-dessous des 2,63% requis.
En Lituanie, la candidature a été repoussée à plus tard. Elle "remplit tous les critères de convergence à l'exception du critère relatif à l'inflation", légèrement trop élevée (2,7%), indique la Commission.

    Ces deux petits pays européens cohérents et dynamiques, indépendants depuis 15 ans seulement, membres de l'UE depuis mai 2004, prouvent s'il en était besoin que les pays de taille modeste se redressent mieux et plus rapidement que les grands états-nations. Ils sont réactifs. Le contraste avec un gros état centralisé comme la France est évidemment frappant, mais aussi une Allemagne fédérale devant il est vrai encore digérer la réunification et les différences est-ouest. D'un côté une politique de rigueur de quelques années fait passer d'une économie communiste et étatisée à un dynamisme économique et social, de l'autre une rigidité institutionnelle, politique et médiatique faisant vasouiller dans le marasme et la déprime. Dans le cas de la France on ne parle même plus aujourd'hui de rigidité mais de blocages. La France est surtout obsédée par des questions existentielles sur son identité, son image, sa réputation, son destin supposé... tout cela est-il vain et fatigant!

Côté slovène, l'inflation est maîtrisée, le chômage est à 7%, la croissance annuelle est de 4%. Le port industrielle de Koper a déjà 70% de ses clients qui sont européens. Il y a 15 ans, la Slovénie appartenait encore à feu la Yougoslavie, cette chimère qui, comme la France, avait un sérieux problème d'identité.
Un Slovène interrogé dans la rue déclare : "Ca me stupéfie qu'on soit rentré si vite dans l'Europe, pour moi qui ait connu la Slovénie sous Tito". Comme quoi tout est possible quand un peuple a le désir de se prendre en main, encore plus quand il s'agit d'un petit pays cohérent et pleins d'atouts...






 

   En revanche, la Commission Européenne reporte sine die l'entrée dans l'UE et l'Euro de la Roumanie (22 millions d'habitants, indépendance 1877) et la Bulgarie (7,7 millions, indépendance 1878) pour leur entrée à moyen terme dans l'UE. La Bulgarie doit renforcer la lutte contre la corruption et le crime organisé, les garanties et résultats en ce domaine n'étant pas probants. La Roumanie doit moderniser son réseau informatique pour la collecte de la TVA. Les deux pays d'Europe de l'Est doivent aussi aller plus loin dans leurs réformes de l'agriculture et la sécurité agro-alimentaire.

    Pour prolonger la réflexion sur l'Europe et l'avenir de notre pays, une intervention  intéressante de
Erik Izraelewicz sur France Info :
"La Slovénie, c'est l'élève modèle. Ce pays a raflé ces dernières années bien des prix d'excellence - une inflation quasi-nulle, des finances publiques en surplus et une dette inférieure à 50% de son produit intérieur brut ! A Ljubjana, l'euro va donc remplacer le dollar. Les autorités européennes ont en revanche retoqué l'autre candidat du jour, la Lituanie et ses 3,5 millions d'habitants. Sur tous les critères de Maastricht, ceux qu'il faut satisfaire pour entrer au club, la Lituanie fait pourtant mieux que bien, tous les critères sauf un, celui de l'inflation. L'an dernier, les prix ont augmenté, à Vilnius, de 2,7% - il fallait être en dessous de 2,63%. La Lituanie a donc été disqualifiée pour quelques décimales d'inflation en trop. Ridicule. Bruxelles et Francfort sont attachés à un respect très strict des critères d'adhésion, indispensable au crédit de l'euro ? C'est totalement stupide. La Commission et la banque centrale n'avaient pas été aussi scrupuleuses lors de l'adhésion à l'euro de l'Italie et du Portugal - ces deux pays étaient pourtant largement hors des clous sur le critère de la dette. Les autorités européennes n'ont jamais non plus été très tatillonnes s'agissant des déficits publics : l'Allemagne est systématiquement hors des clous depuis 2002 sans avoir jamais été véritablement sanctionnée (la France c'est encore pire, ndlr). Qu'ensuite des petits pays, en plein rattrapage, aient une inflation un peu plus forte que les vieilles nations industrialisées, il n'y a là rien d'anormal - voire l'Irlande, membre du club. L'entrée enfin de la Lituanie, un nain économique, cela ne risquait pas de déstabiliser l'euro. Le jury européen avait d'ailleurs déjà réussi à intimider l'Estonie, un autre Etat balte candidat. La leçon de tout cela, c'est d'abord que le dogmatisme continue de régner en maître à Bruxelles et à Francfort. C'est ensuite qu'en Europe, il y a toujours deux poids, deux mesures. Les grands pays font ce qu'ils veulent, les petits font ce qu'on leur dit de faire. L'euro, l'Europe, c'est l'Allemagne, la France, l'Italie, etc. Un jour, ces petits pays que l'on appelle " etc " finiront, et ils auront raison, par se révolter."



    Conclusion : plus les petits pays européens seront nombreux au sein de l'Union Européenne, plus ils pourront contrer l'influence des gros états, en premier lieu la France qui n'a jamais jouer le jeu de la solidarité européenne. C'est là qu'on voit toute la pertinance d'un des slogans du Parti Breton : Bretagne, 26è état d'Europe.

    Pour finir, les fiches d'identité de la Slovénie, de la Lituanie et de mon pays :

 

 

Slovénie

 

 

Lituanie

 

 

Bretagne

 

 

Population

 

 

2 011 000 hbts

 

 

3 428 000 hbts

 

 

4 044 000 hbts

 

 

Densité

 

 

99 hbts/km2

 

 

52,6 hbts/km2

 

 

200,5 hbts/km2

 

 

Superficie

 

 

20 255 km2

 

 

65 200 km2

 

 

34 487 km2

 

 

Langue(s) officielle(s)

 

 

slovène (minorités italophones et magyarophones qui devront être reconnues dans le cadre de l’Europe)

 

 

lituanien (minorité russophone installée relativement récemment et non-officielle)

 

 

français (le breton et les parlers britto-romans sont à peine tolérés et de toute façon déclarés anticonstitutionnels)

 

 

Plus grande ville

 

 

Ljubljana (310 000 hbts)

 

 

Vilnius (542 000 hbts)

 

 

Nantes (545 000 hbts)

 

 

Indépendance

 

 

de la Yougoslavie le 25 juin 1991, reconnu internationalement en 1992.

 

 

de la Russie de 1920 à 1940, de l’Union Soviétique le 11 mars 1991, reconnu internationalement en 1992.

 

 

jusqu’en 1532, puis autonomie jusqu’en 1790. Dépendant à ce jour de la France.

 

 

Monnaie

 

 

Tolar, puis €uro le 1er janvier 2007.

 

 

Litas, €uro probablement le 1er janvier 2008.

 

 

Franc français depuis le XIXè siècle, €uro depuis 2002, avec les autres états-membres.

 

 

Fuseau horaire

 

 

UTC + 1 (été + 2)

 

 

UTC + 1

 

 

UTC + 1 (été + 2)

 

 

Hymne national

 

 

Zdravljica, adopté en 1994

 

 

Tautiska Giesme adopté en ?

 

 

Bro Gozh ma Zadoù, écrit en 1898, non encore adopté officiellement

 

 

Devise

 

 

aucune

 

 

aucune

 

 

"Plutôt la mort que la souillure ", « Kentoc'h mervel evet bezañ saotret »

 

 

Domaine internet

 

 

.si

 

 

.lt

 

 

.bzh (dossier en cours)

 

 


Repost 0
Published by Nadoz-mor - dans Europe
commenter cet article

Présentation

  • : NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • NADOZ, blog de réflexion politique bretonne
  • : Bienvenue sur Nadoz, un blog qui milite pour une Bretagne à nouveau libre et indépendante. Il donne infos et idées sur notre pays, ses habitants, la France aussi, et sur le monde en général, sous un angle qui se veut moderne et contemporain. Une vision absente des médias français aux ordres. Pourquoi NADOZ? A partir de ce joli mot (aiguille), la langue bretonne a construit 2 termes évocateurs : nadoz-vor (boussole) et nadoz-aer (libellule). Bonne lecture et vive la Bretagne indépendante!
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories